Es-tu la personne la mieux placée pour juger ton roman ?

06/10/2019

Es-tu la personne la mieux placée pour juger ton roman ?

As-tu entendu parler de la malédiction de la connaissance ? Non, ce n’est pas un sort tout droit sorti du monde des sorciers d’Harry Potter, mais un biais cognitif mis au jour par des consultants en business.

La malédiction de la connaissance fonctionne ainsi : lorsqu’on a acquis des connaissances sur un sujet ou un domaine en particulier, il est difficile de s’imaginer sans ces connaissances. Et cela se complique lorsqu’il faut transmettre ces connaissances et se mettre à la place de quelqu’un qui ne les possède pas. Une problématique bien connue dans le monde des professionnels du marketing et de l’enseignement.

La malédiction de la connaissance existe aussi dans le monde du storytelling. En tant qu’auteur, tu peux être soumis à ce biais cognitif lorsque tu es en phase de révision : lorsque l’on connaît par cœur les ramifications de son histoire, il est impossible de lire son manuscrit comme si on le découvrait pour la première fois, c’est-à-dire en faisant l’expérience d’un lecteur lambda.

Dit autrement, tu sais intimement ce que cache chaque scène, chaque ligne de dialogue, chaque fausse piste, chaque entourloupe, et où tout cela va mener. Ainsi, comment peux-tu t'assurer que ce qui est écrit sur la page provoquera l’effet escompté dans l’esprit de ton lecteur qui découvre ton histoire pour la première fois ?

Si tu as été un tant soit peu stratégique, tu as fait lire ton manuscrit par des bêta-lecteurs pour t'assurer de la clarté et de la cohérence de ton récit. Si tu n’as pas soumis ton manuscrit à des lecteurs externes, et je ne parle évidemment pas de lecteurs qui t'ont corrigé les fautes d’orthographe, tu prends un risque, car tu ne pourras jamais faire cette expérience de découverte de ton histoire comme un lecteur externe.

Si tu as effectivement fait appel à des bêta-lecteurs volontaires, et que leurs retours manquaient de précisions ou n’étaient pas assez spécifiques pour poser les choix créatifs nécessaires, envisage de faire appel à un bêta-lecteur professionnel.

Je propose un service de lecture critique de manuscrit orienté « qualité de l’expérience lecteur ».

La lecture critique de manuscrit est un exercice redouté par tous les auteurs, mais c’est un passage nécessaire pour s’assurer que l’histoire que tu veux raconter est bien celle qui est écrite sur la page.

Les maisons d'édition ont vocation à publier et vendre des livres, pas à faire de toi un meilleur professionnel de l'écriture. L'auteur doit aujourd'hui avoir une double casquette : écrivain et être son propre éditeur.

Ton succès avec ce projet littéraire et ta carrière d'auteur-entrepreneur en dépendent.

 

Crédit photo : James Pond/Unsplash



Retour à la liste des actualités
Top