Interview client - Kelly Anaeh

13/03/2019

Interview client - Kelly Anaeh

Il y a quelques semaines, un mail comme je les aime arrive dans ma boîte de messagerie. Kelly Anaeh, une cliente dont j’ai eu le plaisir de corriger son manuscrit en octobre 2018, m’annonce que son premier roman est maintenant publié et disponible sur la plateforme Amazon.  C’est toujours une immense fierté et joie de voir ses clients aller au bout de ses rêves, surtout quand ils ont fait le choix de l’autonomie.

Carole Bouché : Bonjour Kelly ! Merci d’avoir accepté de nous partager ton expérience de l’écriture et de la publication de ton tout premier roman. Carnet de voyage d’une âme est un roman initiatique. Pourrais-tu nous raconter sa genèse et ce qui t'a inspiré à l’écrire ?

Kelly Anaeh : Depuis l’enfance, j’utilise l’écriture comme un moyen d’expression personnelle. Il y a 10 ans, j’ai commencé à étudier la psychologie par fascination pour le comportement humain et son étude, et lu au fil des années, de nombreux ouvrages de psychologie et de développement personnel. En parallèle, j’écrivais beaucoup dans le cadre professionnel où je devais utiliser mon imagination pour décrire des personnes tout en respectant le cadre confidentiel. Ce processus d’écriture me plaisait, mais le cadre était trop restreint. À travers mes lectures et mes expériences de vie, beaucoup d’idées de récits ont émergé. J’avais envie de lier le genre romanesque aux livres pratiques de développement personnel. J’ai commencé à écrire plusieurs essais et ai terminé un premier roman en septembre 2016. Je dirais avec le recul que c’était la première version de Carnet de voyage d’une âme. À ce même moment, je prenais la décision de quitter mon métier de Psychologue du travail et la France pour voyager et faire le point sur ma vie. J’ai donc mis de côté ce premier roman et ai tenu un journal de bord lors de mon voyage. Après un an, j’ai repris toutes ces notes et me suis aperçue que je tenais un nouveau récit entre mes mains.

Grâce à mes expériences de voyage, mon écriture a pris plus de sens et de vie. J’avais enfin trouvé mon thème de prédilection – le voyage initiatique – et mon genre littéraire : un roman initiatique aux allures de carnet de voyage.

CB : Pourrais-tu nous partager ton processus d’écriture ?

KA : Comme je m’inspire de mes propres expériences, je tiens rigoureusement à jour un journal de bord. J’y écris mon vécu, mes ressentis et tout ce qui me semble intéressant à conserver en mémoire. Avant de commencer à écrire, je reprends donc toutes mes notes, les relis, m’en imprègne et essaye d’en tirer une idée globale. J’esquisse un premier plan du roman avec des titres de chapitres, les actions principales, les lieux et surtout l’intention que j’y mets.  C’est important de ne pas me laisser submerger par mon propre vécu pour créer un récit universel dont chaque chapitre apportera quelque chose au lecteur. Je définis donc cela à l’avance avant de me plonger dans l’écriture en elle-même.

Je suis plus productive le matin. Concrètement, je commence par me recentrer quelques minutes, une sorte de méditation pour être totalement concentrée. Pendant ce moment, je me connecte à mon intuition et toutes les sources de création pour m’aider à écrire. Puis je tape sur l’ordinateur d’un seul jet, sans me relire, jusqu’à ce que je ressente le besoin de faire une pause. Je tente au maximum de respecter mon rythme, car lorsqu’on se force, le résultat n’est jamais au rendez-vous. J’ai trouvé utile de ne pas m’acharner à écrire des heures et des heures, mais plutôt d’alterner l’écriture le matin et d’autres activités l’après-midi. Si possible des activités qui me font prendre l’air ou me change du travail sur un écran d’ordinateur.

Le flot de création est assez mystérieux. Parfois, on sent que ce n’est pas le bon moment. En général, je travaille trois semaines sur un premier jet, puis prends du recul et y reviens. Les corrections et relectures prennent le plus de temps dans le processus. Souvent, je me retrouve à réécrire tout un chapitre ou plus. Mais pour le mieux, car cela me permet de prendre toujours plus de hauteur.

CB : Tu as choisi de te publier à compte d’auteur. Était-ce une évidence pour toi bien avant d’entamer l’écriture de ton roman ou as-tu pris ta décision une fois le manuscrit terminé ?

KA : Ce n’était pas une évidence pour moi, car je ne connaissais pas bien les tenants et aboutissants du milieu de l’édition. Je pensais que le plus simple était de trouver une maison d’édition et me suis d’abord concentrée sur l’écriture du roman, pour ne pas me décourager face au nombre faible d’auteurs publiés. Une fois le manuscrit terminé, je l’ai envoyé à plusieurs maisons d’édition. J’en ai trouvé une, en cours de création, et j’ai commencé à travaillé avec l’éditrice dont je partageais les mêmes valeurs. Elle m’a beaucoup aidée dans le processus d’écriture pour retirer le meilleur de mon récit et trouver ma place d’auteure. Puis, cette collaboration a pris fin, car l’éditrice a mis entre parenthèses son projet professionnel.

Cela m’a amenée à reconsidérer les méthodes de publication et à penser à l’auto-publication. C’était finalement le plus approprié pour avoir plus d’indépendance et de liberté dans la création du roman : mise en page, couverture, illustrations.

CB : Tu as choisi de financer la production de ce roman grâce au crowdfunding. Je trouve l’idée géniale : faire marcher son réseau pour concrétiser un projet littéraire qui nous tient à cœur. C’est intéressant à plusieurs niveaux : cela permet de financer les différentes étapes de production nécessaires à la publication de son ouvrage, surtout lorsqu’on a fait le choix de l’auto-édition ; cela permet également de se créer d’ores et déjà une petite audience ; enfin, cela engage bien plus d’aller au bout de sa démarche ! Raconte-nous comment s’est passée cette levée de fonds ?

KA : Tout d’abord, tu l’expliques très bien, le crowdfunding a de nombreux avantages. J’ai fait ce choix dans un but de promotion et de communication autour du roman, puis comme moyen pour financer sa publication. Ensuite, il est vrai que lorsque l’on s’engage dans cette voie, on s’implique tellement que cela rend le projet plus concret et qu’on a encore plus envie de le défendre.

La campagne de financement participatif est décrite comme un marathon, et c’est un peu ça. Il est conseillé de ne pas dépasser un mois de campagne afin d’être plus percutant et de maintenir une communication tout du long. La levée de fonds commence en général rapidement, puis il y a un creux au milieu, et elle redémarre vers la fin. C’est donc un exercice de patience et de persévérance. Le site internet Ulule que j’ai utilisé est très bien fait. Les responsables envoient des vidéos régulièrement pour expliquer comment gérer sa campagne et la rebooster. Je n’ai fait que suivre leurs conseils, à savoir obtenir l’adhésion de ma famille, mes amis, puis les amis de la famille et amis d’amis, puis continuer à élargir le cercle jusqu’à atteindre des personnes que l’on ne connait pas.

Pour cela, il a de nombreux outils de communication à utiliser, le site de crowdfunding en lui-même pour poster des news et informer régulièrement les personnes qui ont fait un don ; poster des messages et vidéos sur Facebook et Instagram ; ou encore YouTube. Ma page sur Ulule est toujours consultable sur Ulule : https://fr.ulule.com/carnet-de-voyage-dune-ame/

Enfin, je dirai qu’il faut juste rester confiant et ne pas se décourager. Si votre projet doit se réaliser, il se réalisera. 

CB : Il était important pour toi de t'entourer de professionnels pour aller au bout de ce projet ?

KA : Oui, tout à fait, pour différentes raisons. Tout d’abord, car le processus d’écriture est un travail de création en solitaire. J’avais envie de le partager et de continuer ce processus de création à plusieurs. Je trouve ce partage et cette collaboration enrichissants. Ensuite, cela permet de sortir de sa bulle pour confronter son manuscrit au monde réel. Chaque professionnel voit le roman selon son propre spectre de compétences. Les retours sont divers et très intéressants pour s’améliorer dans son écriture, la fluidité de son récit, l’harmonie du texte et des illustrations…

En m’entourant de professionnels, j’ai le sentiment que le roman est passé du niveau amateur au niveau professionnel, justement. Il est possible de tout faire soi-même, mais je pense que cela se ressentira dans le rendu final. Chaque personne a son domaine d’expertise, alors autant en profiter.

Enfin, travailler avec d’autres personnes me permet aussi de renforcer mon engagement dans ce projet. Il est facile de baisser les bras lorsqu’on souhaite s’auto-éditer et de se dire que l’on perd son temps. Avoir des personnes qui croit en notre projet en travaillant dessus redonnent de la motivation pour aller jusqu’au bout.

CB : Ton roman est maintenant sorti depuis un mois. J’imagine que cela doit être une grande satisfaction pour toi. Quelle stratégie as-tu mis en place pour le marketing de ce roman ?

KA : Oui, c’est une grande fierté de voir son projet d’écriture devenir un roman publié. Que l’on soit auto-publié ou publié par une maison d’édition, le marketing reste le plus complexe. Ma stratégie de communication a commencé avec la campagne de crowdfunding. Les personnes qui ont fait un don reçoivent des nouvelles régulièrement et peuvent partager le roman autour d’elles. Elles sont mes premiers soutiens et relais vers un public plus large.

Ensuite, j’utilise les réseaux sociaux pour communiquer autour des voyages du corps, de l’esprit et de l’âme. Depuis décembre 2017, j’anime une page Facebook et un compte Instagram, en y partageant mes voyages et mes créations pour avoir très régulièrement du contenu. Facebook propose des outils, payants, pour élargir son audience et faire de la publicité.

J’ai donné un nouveau visage à mon site internet, pour également promouvoir le roman et des articles de voyages. Enfin, j’ai commencé une chaîne YouTube avec la bande annonce du roman Carnet de voyage d’une âme et vais continuer à l’alimenter pour partager mes projets, idées et créations.

CB : As-tu d’autres projets d’écriture en cours ?

KA : Oui, j’ai plusieurs projets d’écriture en cours et en devenir. Je travaille sur la version papier de Carnet de voyage d’une âme, qui n’est disponible qu’en Ebook pour l’instant, ainsi que sur sa traduction en anglais. En parallèle, j’écris un guide d’évolution personnelle qui pourra se lire en même temps que le roman. Cela s’adresse aux personnes qui souhaitent aller plus loin dans la démarche de questionnements personnels et souhaitent avoir plus d’informations sur les points abordés dans le roman (par exemple, les chakras, la médecine chinoise, l’enfant intérieur…).

Carnet de voyage d’une âme est une trilogie. Dans les prochains mois, j’écrirai les tomes 2 et 3. De même, je publierai un guide d’évolution personnelle 2 et 3 pour les accompagner.

Les trois romans et guides seront disponibles au format numérique, papier et audio, en français et en anglais.

Voilà le premier gros projet écriture qui va me tenir occupée durant un bon moment. Je conserve également des idées de romans plus fictionnels qui s’inspirent des pays que je traverse, mêlant l’histoire des Hommes et des nations.

 

Carnet de voyage d'une âme, roman initiatique de Kelly Anaeh

Carnet de voyage d'une âme est une trilogie dans laquelle l'auteure relate les voyages initiatiques d'une jeune femme, Sally, à travers le monde.

Dans ce premier tome, Sally quitte tout ce qui la retenait en France pour s'envoler vers la Nouvelle-Zélande. Un voyage qui va l'amener à la découverte du monde, mais avant tout à la découverte d'elle-même.  Au fil des mots, laissez-vous guider vers une transformation personnelle.
Disponible sur Amazon
Retrouve Kelly ici :
      
Son site web : www.bring-your-light.com


Retour à la liste des actualités
Top