Respecte ton lecteur, il te le rendra

20/02/2020

Respecte ton lecteur, il te le rendra

Les quatre phrases que j’ai entendues ces six dernières années d’accompagnement aux auteurs, et qui me donnent envie de tout plaquer et d’aller ouvrir une ferme pédagogique in the middle of nowhere.

  1. « Mon manuscrit a été refusé par plusieurs éditeurs. Je voudrais que tu me le corriges pour améliorer mon style. »
    => Non, ce n’est pas la prose qui fait la bonne histoire, c’est l’inverse. T’évertuer à écrire de jolies phrases, alors que ton intrigue est bancale ou sans logique interne, ne servira à rien. Donc, ne gaspille pas ton argent à confier ton manuscrit pour de la correction, alors que tu n’es pas sûr.e que ton histoire tienne la route. Sauf si tu veux absolument te casser les dents et n’avoir que des refus des maisons d’éditions ou zéro vente en auto-édition. Je ne crois pas que cela soit ton objectif.

  2. « Je viens de terminer mon roman. Je l’ai publié tel quel, mais je ne fais pas de ventes. » (tel quel = lire « sans passer par la case lecture critique ou préparation de copie/correction »)
    =>Non, ce n’est pas parce que tu te passes d’un éditeur que tu dois sauter les étapes éditoriales classiques d’une publication d’ouvrage. Se passer d'un éditeur ne veut pas dire manquer de professionnalisme. Tu penses que ton lecteur a envie de dépenser une dizaine d’euros pour un torchon ?
    Sois respectueux pour celui qui te lit. À l’ère du digital, ton lecteur n’aura aucun scrupule à te mettre 1 étoile sur Amazon et à te descendre dans les commentaires. Ce n’est pas ton objectif non plus.

  3. « J’ai écrit un roman. Bon, oui, parfois, c’est un peu obscur, mais c’est mon style d’écriture. Alors, le lecteur fera bien un effort, hein ? »
    => Non, tu écris pour être lu et compris. C’est ta responsabilité d’être clair, concis et efficace dans ton récit. L’engagement de ton lecteur doit se situer au niveau de l’intrigue : « Est-ce que cet inspecteur va réussir à découvrir le coupable ? » ; « Est-ce que cet agent du FBI va réussir à appréhender ce serial killer avant qu’il ne fasse un carnage monstre ? » ; « Est-ce que Bernadette va finir avec Hervé ? ». Enfin, tu as compris l’idée. Si ton lecteur doit se casser la tête pour comprendre tes phrases, tu le perds. Ce n’est pas ton objectif non plus.

  4. «J’ai gardé le meilleur pour la fin de mon roman. Bah, oui, faut que ça en jette ! »
    =>Non, ne prends pas ton lecteur pour une quiche. Le storytelling est le langage du cerveau et de l’expérience humaine. Et ton lecteur est super érudit sur la question. Chacun d’entre nous a passé assez de temps à lire ou regarder les films et les séries TV pour avoir une compréhension intuitive du storytelling. Si tu écris dans un genre en particulier, sache que ton lecteur avide de ce genre a une culture énorme sur ce qui fait un bon roman d’un navet. Alors, maîtrise les règles du storytelling et de la structure narrative, et renseigne-toi sur les conventions et scènes obligatoires de ton genre. Cela est une très mauvaise idée de faire de la rétention d’informations tout au long du récit pour garder le feu d’artifice à la fin. Ton job, c’est de placer à des moments opportuns des éléments narratifs tels que des pistes et des fausses pistes, des faux points culminants (false-high ou false-low en anglais), et une fausse fin pour mieux préparer ta résolution. Si tu ne le fais pas, ton lecteur aura eu l’impression de s’être fait prendre pour une bille tout au long du roman et tu risques de l’affliger. Ce n’est pas ton objectif non plus.

Le story coaching est parfait pour les auteurs qui ont décidé d’arrêter de se mentir et qui ont compris que pour pouvoir avoir la chance d’être publié, l’équation à garder constamment en tête est : désir + talent + expertise + travail + réalité du marché = succès.

Le story coaching s’adresse à des auteurs déterminés à aller au bout de leur démarche artistique et qui ont un état d’esprit orienté « croissance », c’est-à-dire des auteurs qui ont fait le choix de progresser continuellement dans la maîtrise de leur art.

Le story coaching, enfin, est particulièrement adapté aux auteurs-entrepreneurs, ceux qui veulent prendre en main leur carrière artistique et s’entourer des meilleures ressources disponibles pour se constituer une dream team qui pourra l’accompagner sur le long terme.

Alors ? Prêt à devenir un Storyteller puissant et à passer à la version augmentée de ton manuscrit ?

Réserve ta séance diagnostic gratuite de 25 mn pour faire le point sur tes défis du moment.
Envie de tester le story coaching ? Inscris-toi ici et reçois en cadeau de bienvenue mon e-book "9 clés pour démarrer ton projet de livre". A très vite !

==
Crédit photo : Pixabay



Retour à la liste des actualités
Top
Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site