Du bon usage du bêta-lecteur

01/10/2019

Du bon usage du bêta-lecteur

Lorsqu’on a terminé l’écriture un livre, le réflexe très naturel chez un bon nombre d’auteurs, surtout débutants, est de faire appel à l’entourage pour relire et corriger leur manuscrit. Pourquoi en effet ne pas faire appel à un membre de sa famille super calé en orthographe ou engager cette gentille dame, ancienne professeure de français désormais à la retraite, qui propose une correction à 1 € / la page sur un site d’annonces ? Parce que ton livre mérite de bénéficier de toute l'attention qu'il mérite !

Tu as terminé l'écriture de ton livre. Quel est la prochaine étape maintenant ? Tu veux démarcher un éditeur et avoir la chance d’être publié par une maison d’édition ? Tu veux rester indépendant et garder le contrôle sur le processus créatif et la commercialisation de ton livre ? Ou encore, tu veux juste sortir ton livre en ebook pour le plaisir et la joie simple d’avoir publié un livre.

Dit autrement, est-ce que tu veux te professionnaliser ou veux-tu rester un auteur qui écrit juste pour se faire plaisir ? Il n’y a pas de bonne ou mauvaise réponse. Mais ce sont des questions importantes, parce qu’elles vont définir ta stratégie éditoriale.

Tu as pour objectif l’édition traditionnelle

La révision et correction d’un manuscrit va un peu loin que détecter des fautes d’orthographe et de syntaxe. En particulier, la révision de roman demande des compétences qui vont au-delà d’une bonne maîtrise de la langue française. Il faut être expert en storytelling, en structures narratives, avoir l’œil sur la continuité, la clarté et la cohérence de l’histoire, et ne jamais perdre de vue l’expérience du lecteur.

Auparavant, les romans n’étaient pas publiés sans être passés par une foultitude d’étapes en développement et gestion éditoriale : lectures critiques & révisions, préparation de copie, puis plusieurs passes de relecture et corrections orthotypo avant de produire l’épreuve finale qui partait en impression. Cette époque est révolue.

Produire un livre coûte cher, et la concurrence est rude avec les plateformes numériques ; ainsi, pour réduire leurs charges, les éditeurs vont privilégier les manuscrits où les interventions en lecture critique ou en préparation de copie/corrections seront minimes. Pour enfoncer le clou, certains éditeurs vous demanderont de faire corriger votre manuscrit par un professionnel ou vous compteront une décote de plusieurs centaines d’euros sur votre contrat d’auteur. Dit autrement, la charge financière de la correction de votre manuscrit risque d’être pour toi quoi qu’il en soit.

Ainsi, si tu veux mettre toutes les chances de ton côté, tu ne peux pas faire l’économie d’effectuer ces étapes éditoriales avant d’envoyer ton manuscrit à un éditeur.

Tu as pour objectif l’auto-édition

Si ton seul plaisir est dans l’écriture et que tu ne recherches pas vraiment à devenir professionnel, alors effectivement, tu n’as peut-être pas à engager un investissement trop important dans les étapes de révision et de correction de ton manuscrit. T'assurer que ton texte ne comporte pas de fautes d’orthographe sera suffisant pour cet objectif. Mais ne t'attends pas à faire des ventes mirobolantes. Même si les e-books sont peu chers à la vente, l'exigeance du lecteur reste la même.

Par contre, si l’auto-édition est pour toi la voie de l’indépendance et que tu  veux devenir auteur-entrepreneur, alors tu dois enfiler une autre casquette : celle d'éditeur. Et prendre en charge la gestion éditoriale et financière de toutes les étapes de la production d’un livre : concept, écriture, révision, préparation de copie, correction orthotypo, relecture de l’épreuve, graphisme de la première de couverture/pages intérieures, impression, marketing, communication. Pour réussir ton projet (qu’il faudra envisager comme un produit), tu auras à t'entourer d’une équipe compétente et professionnelle, spécialiste de l’édition de livre.

Donc, à moins d’avoir ces ressources dans ton entourage, cherche ta dream team ailleurs.

Alors, pourquoi ce n’est pas une bonne idée de faire appel à son entourage pour la révision de son ouvrage ? Parce que l’amour est aveugle !

Demander à des membres de ta famille ou tes amis de lire ton livre et de te faire un retour ne va pas t'aider à amener de la clarté sur ton manuscrit pour une raison majeure : ils sont déjà acquis à ta cause. Tu n’as donc pas à les convaincre.

Dans son ouvrage Wired for Story, Lisa Cron, Story Coach, explique pourquoi ton entourage ne pourra jamais faire une expérience authentique de la lecture de ton livre qui se résume ainsi : rentrer dans une librairie, parcourir les rayons, se laisser attirer par un titre ou une couverture, lire la quatrième de couverture, lire la première page, se laisser convaincre de partir à l’aventure et espérer une récompense à la fin.

Ta famille et tes amis t'aiment tellement qu’ils trouveront déjà formidable que tu aies pu écrire un livre. Ils en seraient bien incapables, eux. Alors, ils vont saluer ton travail, ton engagement quotidien pour sortir cette histoire de ta tête pour la coucher sur papier, en plus de gérer un emploi et peut-être une famille.

Ils vont saluer ta prose, tu manies les mots tellement bien. Sauf que, lorsqu’ils vont lire ton livre, ils vont confondre cet amour débordant pour le réel plaisir (= lire sécrétion de dopamine) que procure la lecture d’un livre captivant. Leur amour sera aveugle face aux problèmes de structure ou aux incohérences narratives. Sans compter que le commun des mortels sait reconnaître une bonne histoire d'une mauvaise, mais serait bien incapable de dire pourquoi précisément. Seul un expert en storytelling saura avoir cette analyse fine.

Un autre problème peut émerger. Si tu as parlé de ton projet de roman au fur et à mesure de son écriture, ton entourage est déjà plus avancé que le lecteur lambda. Ainsi, à la lecture de ton roman, leur cerveau va remplir tous les vides narratifs que tu auras laissés. Oui, le cerveau est capable de faire cela !

Sois stratégique avec tes bêta-lecteurs

Alors, est-ce que cela veut dire que faire relire ton manuscrit par une source extérieure est inutile ? Pas du tout ! Au contraire ! Mais l’idée est d’être plus stratégique.

Si tu as dans ton entourage des personnes douées pour détecter les fautes d’orthographe, ne te prive surtout pas. Plus ton texte sera lissé de ses fautes, moins le budget en relecture et correction sera élevé. Mais prévois plutôt cette étape dans la dernière phase de révision, une fois que tu es satisfait de la structure et l'intrigue de ton histoire. Cela ne sert à rien de faire corriger ton texte si tu sais que tu vas réécrire derrière. Pure perte de temps et d'énergie pour tout le monde.  En revanche, je ne te conseille pas de faire appel à ton entourage pour une lecture critique de ton manuscrit pour les raisons exposées plus haut.

Par contre, soumettre ton manuscrit à des lecteurs externes est une étape indispensable dans le processus créatif. En tant que créateur et narrateur, tu as une omniscience sur ton histoire, l’intrigue et la motivation de chaque personnage, mais ce n’est pas le cas de ton lecteur qui découvre au fur et à mesure les éléments de l’histoire qui s’imbriquent et se confrontent entre elles.

Voici mes conseils pour bénéficier efficacement d’un groupe de bêta-lecteurs :

  1. Choisis 5 lecteurs en dehors de ta famille et tes amis. Si tu veux absolument faire appel à quelqu’un de ton entourage, choisis soit une personne avec laquelle tu as une relation basée sur la franchise, soit une personne qui a un pied dans le milieu de l’édition ou du storytelling, soit une personne qui lit beaucoup.

  2. Sélectionne plutôt des personnes qui ont une appétence pour le genre de ton roman. Ainsi, tu sauras si ton manuscrit répond à leurs attentes, car chaque genre a ses conventions et ses scènes obligatoires.

  3. Demande un retour sous 3-4 semaines. Si les personnes que tu as sélectionnées ne peuvent pas t'assurer ce délai (pour des raisons personnelles ou professionnelles), pars à la recherche d’autres candidats.

  4. Donne-leur une série de questions précises à laquelle ils devront répondre avec honnêteté et argumentation. Je te propose quatre questions majeures, mais tu peux en trouver d’autres :

    >De quoi parle l’histoire selon toi ?

    L’idée est de vérifier si ton lecteur a capté le message que tu souhaitais transmettre et a identifié la thématique de ton histoire. Par exemple : « l’amour et le courage sont les armes les plus puissantes face au mal » (Harry Potter) ; « il ne faut jamais se fier à l’apparence, mais juger les qualités d’une personne sur ses actes » (Orgueil et Préjugés).

    >As-tu compris les motivations du personnage principal ?
    Ton protagoniste est le cœur de ton histoire. Et c’est l’avatar de ton lecteur. Il va synchroniser son cerveau sur celui de ton personnage principal et vivre de l’intérieur son chemin de transformation. Pour que ton lecteur soit en empathie avec ton protagoniste, et surtout qu’il éprouve de l’intérêt pour son histoire, les motivations de ton personnage principal doivent être clairement identifiées dès les premières pages : dans quel état se trouve mon personnage principal au début de l’histoire ? Qu’est-ce qu’il désire ardemment ? A-t-il un objectif précis ? Est-ce qu’il lutte intérieurement pour concrétiser ce désir ou atteindre cet objectif ? De quelles ressources internes et externes dispose-t-il pour l’aider dans cette tâche ? Quelles croyances doit-il abandonner pour amorcer un changement ? Toutes ces questions sont l’essence même de ton histoire. Si ce n’est pas identifié par ton lecteur, il n’y aura pas de voyage émotionnel ni de récompense pour lui à la fin de sa lecture.

    >Comment as-tu trouvé la fin du livre ? Comment t’es-tu senti ?
    L’objectif ici est de vérifier si la résolution de ton histoire est satisfaisante et offre une récompense gratifiante pour ton lecteur. Une erreur commune est de précipiter la résolution de l’histoire pour en finir avec l’écriture. C’est très dommageable et fruste ton lecteur qui a pris le temps de lire ton livre jusqu’au bout,  pour qu’au final tout tombe à plat.

    >Es-tu rentré facilement dans l'histoire ? As-tu senti que tu décrochais à certains passages ? Saurais-tu les identifier ?
    C’est très important ! Tu sais que la phase d'accroche est le nerf de la guerre. Si ton bêta-lecteur a eu du mal à rentrer dans l'histoire, dis-toi qu'un éditeur ou un acheteur en ligne peut être du même avis. Si, en plus, à un moment précis, ton lecteur décroche de l’histoire, c’est que des problèmes structurels émergent : une tension dramatique qui n’est pas pérenne sur l’ensemble du livre, un manque de logique interne, ce qui rend ton lecteur confus et désorienté, des personnages peu crédibles auxquels il ne s’identifie pas, des dialogues plats et sans saveurs qui ne sont pas au service de la dramaturgie, une défaillance rythmique (bon équilibre entre scènes, dialogues, points de bascule, préparation de la résolution…) qui ne permet pas à ton lecteur de maintenir son attention sur la durée.

  5. Une fois que tu as le retour de tes 5 bêta-lecteurs sur ces questions, tu peux entamer la révision de ton manuscrit avec un regard neuf. Attention, c’est toi, l’auteur. Si tu n'es pas d’accord avec certaines remarques, ne te sens pas obligé de tout chambouler pour coller à la demande. Par contre, si tu vois une critique qui revient souvent, pose-toi vraiment la question. Car l’expérience de ton lecteur doit être ta priorité, même si tu dois supprimer ou réécrire des scènes complètes.

 

J’espère que cet article t'aura donné quelques pistes pour entamer la phase de révision avec clarté et confiance. Si tu veux me compter parmi ton équipe de bêta-lecteurs professionnels, je propose des services éditoriaux et des coachings en écriture.

 

Crédit photo : JESHOOTS-com/PIXABAY



Retour à la liste des actualités
Top
Réglage des paramètres de cookies

Chers utilisateurs, ce site stocke les cookies sur votre ordinateur. Ils ont pour but d'améliorer l’expérience de votre site Web, tout en vous fournissant des services plus personnalisés.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les cookies que nous utilisons, veuillez consulter notre Politique de confidentialité. En acceptant les cookies, vous consentez à leur utilisation. Vous pouvez également paramétrer ces derniers.

Si vous refusez, vos informations ne seront pas suivies, au moment de visiter ce site. Un seul cookie sera utilisé dans votre navigateur pour mémoriser votre préférence de ne pas être suivi.

  • Régler les paramètres
  • Accepter tous les cookies et continuer vers le site